Le phare

 

La vie
Rien n’est figé
Mais tout demeure
Au bout de la route

être
une goutte
de pluie
et sombrer
un instant
face à l’éternité

dans cette parenthèse
imaginer
les sentiments d’un amour véritable
éclatant
est-ce que c’est consistant
aussi fort que le torrent d’un fleuve
un rayon de soleil sur un océan de feu
l’automne sur le pas de la porte ou
une glace vanille sur une tarte aux pommes

entre l’aube et l’aurore
se situe
le calme des sentiments naissants
on laisse le silence faire son oeuvre
Et dans ce silence
les yeux dans ses yeux
observer la couleur du ciel
sentir les fleurs et le miel
suivre la courbure des angles
les lignes du corps
plonger avec ivresse
la main dans le soyeux
de ses cheveux bruns

l’amour est tout un univers
à inventer
à inviter sans oripeaux
peut-être que tout simplement
être le phare de l’autre
solide
inébranlable
immuable
face aux colères
une lumière dans la nuit
des frissons dans le noir
aimer au firmament
la mort de l’inertie
et les sourires au petit matin

peut-être que
être le phare de l’autre

suffit.

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest